Réseau Entreprendre Paris
32, rue du Faubourg Poissonnière
PARIS 75010 France
Tél.01.85.34.19.03
Réseau Entreprendre Paris
48.8682714, 2.366217900000038
Retour aux actualités >>

18/08/2016

Interview croisée de Dominique Sarran, membre engagé de Réseau Entreprendre Paris et Aymeric Arthaud qui vient de terminer le Tour de France à la Voile.

Quelle est votre implication chez Réseau Entreprendre ?         
DS :
 J'ai dirigé plusieurs entreprises et poursuis encore des projets de création aujourd'hui. Depuis 10 ans je suis engagé sein de Réseau Entreprendre Paris d'abord comme membre puis comme Administrateur depuis quelques années. Le discours d'André Mulliez m'a séduit : donner de mon argent et de mon temps pour accompagner des nouveaux entrepreneurs me semble normal ! J'accompagne également de jeunes lauréats : ils ont une vision du monde très nouvelle pour des gens de ma génération, sont en général très bien formés et ont un regard sur le monde et sur l'entreprise assez incroyable, cela me semble une vraie rupture bien d'un point de vue culturel que managérial !

AA : J'ai découvert Réseau Entreprendre grâce à Dominique et j'ai vraiment trouvé le concept génial car ce réseau va à l'encontre de l'ambiance morose et encourage l'entraide. La nature humaine n'est donc pas aussi mauvaise que l'image véhiculée par les medias parfois. Lors des étapes, j'ai pu échanger avec des personnes formidables du réseau animées par la bienveillance et ça met du baume au cœur ! Ça redonne l'envie de se lancer dans différents projets.

Dominique, pourquoi avez-vous décidé de soutenir Aymeric?               
J'ai rencontré Aymeric lors d'une régate au cours de laquelle j'ai eu la grande chance de naviguer avec lui. J'ai alors fais la connaissance d'un jeune sportif passionné, très sympathique, qui a beaucoup de mérite et qui se construit une carrière exceptionnelle mais qui à 15 jours du départ du Tour de France à la Voile se retrouvait en difficulté pour boucler son budget. Au-delà de sa personnalité, ce qui a retenu mon attention a été l'implication d'Aymeric, sa maturité et sa vision du management de son équipage. Il a entrepris de faire le Tour de France à la Voile en équipage après deux saisons en solitaire en se confrontant ainsi à de grandes équipes qui ont des budgets beaucoup plus importants.        
Pour toutes ces raisons j'ai décidé de le soutenir et j'ai proposé à la Fédération de Réseau Entreprendre de bénéficier de l'espace que nous ouvrait ce financement et de profiter de cet événement assez largement couvert nationalement pour promouvoir l'image du réseau. Ainsi Aymeric a pu prendre le départ à la barre d'un bateau portant les couleurs de Réseau Entreprendre.

Que retirez-vous de cette aventure ?   
DS :
 Je suis vraiment ravi d'avoir pu aider Aymeric et je me suis pris au jeu de la course dès le départ. J'ai suivi toutes les étapes, les retournements de situation face aux coups du sort, jusqu'au bout il était dans la bagarre. Trois mots peuvent caractériser les marins et les entrepreneurs : la liberté, le courage et la responsabilité. Jamais Aymeric n'a cherché d'excuses lors de la compétition, il a assumé tout en continuant à donner envie à son équipage et en veillant à les rendre les plus performants possible et in fine les résultats n'ont cessé de s'améliorer; c'est le comportement d'un entrepreneur responsable ! Un projet comme le sien a vraiment sa place chez Réseau Entreprendre ! J'espère que nous pourrons trouver une manière de l'accompagner à nouveau pour l'édition 2017.

AA : Pour ma part, je ressens une grande satisfaction d'avoir participé à ce tour de France à la Voile que j'ai monté de la première pierre jusqu'à notre arrivée à Nice. C'était ma première participation en entier (les deux autres éditions j'étais équipier) et cela implique une longue préparation et quelques difficultés. D'un point de vue de la navigation, nous avons eu des coups de malchance donc le début du tour n'a pas été simple mais à partir de l'étape de Baden nous avons été plus décontractés, en Méditerranée nous avons sorti la tête de l'eau et nous avons pu naviguer comme nous le voulions, comme nous savons le faire ! Ça a été de belles navigations, de beaux raids côtiers et nous remontions tous les jours dans le classement, pour terminer à la 15ème place.

Aymeric préparer cette course c'est un peu comme monter un projet entrepreneurial ? Quelle a été votre gestion du management d'équipe sur cette course ?   

Effectivement, je me suis glissé dans la peau d'un entrepreneur car c'est un projet très exigeant, vis-à-vis de nos clients et de nous-même. J'ai choisi cette course pour pouvoir gérer un équipage. Je souhaitais pouvoir insuffler un fort esprit de cohésion entre ses membres il faut donc apprendre à gérer les ressources humaines, les problèmes rencontrés mais aussi l'aspect sportif et surtout amener les Hommes vers un but. J'avais une certaine vision du management, je tenais à respecter une équité de temps de navigation entre chaque membre mais le turn-over a été difficile à garder face à nos difficultés, j'ai donc du décider de naviguer. Face aux épisodes de malchance que nous avons rencontrés : la casse d'un safran à Dunkerque et un deuxième fragilisé et aussi quelques erreurs individuelles nous avons essayé de nous motiver même si parfois nous avons touché le fonds ! En navigation, notre objectif de résultat est différent d'une entreprise parce qu'il est très concret et se joue sur l'instant présent.       
Préparer une course m'a également appris à démarcher les sponsors : rencontrer les bonnes personnes, en charge des bons  budgets, au bon moment et avec les bons outils de communication.


Aymeric, quels sont vos projets ?           
En 2017, je vais me relancer dans l'aventure du Tour de France à la Voile. J'ai déjà rencontré des sponsors pour lesquels j'ai refait un nouveau dossier de sponsoring.